Soin des symptômes négatifs et prévention par le ginkgo biloba et les oméga 3

, par  Véronique R. , popularité : 7%

Les plantes et certains nutriments constituent les meilleurs alliés pour notre santé, surtout lorsqu’il s’agit de la maintenir, mais aussi lorsqu’il s’agit de soins.

Le Ginkgo Biloba, appelé aussi l’Arbre aux quarante écus, est la plus ancienne famille d’arbres connue, puisqu’elle serait apparue il y a plus de 270 millions d’années en Chine.

Les oméga-3 sont classés acide gras essentiel car l’organisme humain en a absolument besoin et ne peut les produire lui-même ; il doit les trouver tels quels dans son alimentation. On commença à les étudier dès les années 1970, époque où ils ont été appelés provisoirement « vitamine F ».


Le Ginkgo Biloba

Les études cliniques indiquent que la prise de Ginkgo biloba (120-360 mg/jour) combinée à un antipsychotique (neuroleptique) peut réduire les symptômes négatifs, comparée à un antipsychotique seul. L’extrait (360 mg/jour) pourrait également réduire les effets secondaires de l’halopéridol.


Traiter la dyskinésie tardive avec le ginkgo biloba.

L’extrait de Ginkgo biloba (240 mg/jour pendant 12 semaines) peut réduire la sévérité de la dyskinésie tardive chez des patients schizophrènes traités aux antipsychotiques, comparé à un placebo. Cette effet à été démontré par l’études cliniques de Zhang XY





Les Oméga 3

Il existe deux types d’oméga 3 : les oméga 3 d’origine végétale (ex : huile de lin, colza, noix) et les oméga 3 d’origine animale, présents dans les poissons gras (sardine, maquereau, saumon). Ceux d’origine végétales, contiennent des acides gras est l’Acide Alpha-Linoléique (ALA) et ceux d’origine animale contiennent l’Acide EicosaPentaénoïque (EPA) et l’Acide DocosaHexaénoïque (DHA). Il a été démontré que très peu des acides gras d’origine végétales sont assimilable par l’organisme, à contrario des EPA et DHA.


Chez les personnes atteintes d’une schizophrénie

Des études ont observé des concentrations en DHA et EPA diminuées dans les membranes des globules rouges des personnes souffrant d’une schizophrénie sans que ces altérations soient liées au sexe, à l’état hormonal ou à l’usage de toxique comme le cannabis.

La schizophrénie est une maladie neurodéveloppementale complexe et les oméga-3 (en particulier le DHA) pourraient jouer un rôle bénéfique dans la prévention de la pathologie en évitant la transition de sujets vulnérables ou à haut risque vers la maladie. Les résultats des études portant sur des personnes atteintes de schizophrénie semblent montrer des résultats plus encourageants que dans les troubles de l’humeur (dépression, trouble bipolaire).

L’étude publiée mardi 11 août 2015 dans la revue scientifique Nature communications montre que, pour parvenir à ce résultat, des chercheurs australiens et autrichiens ont donné des compléments alimentaires à base d’oméga 3 pendant 12 semaines à un groupe de 41 personnes âgées de 13 à 25 ans, considérées comme très exposées au risque de développer des psychoses. Après un suivi de plus de six ans et en les comparant à un groupe témoin de 40 jeunes du même âge et présentant les mêmes risques, mais qui avaient reçu un placebo, les chercheurs ont montré que seulement 10% des jeunes du premier groupe avaient développé une schizophrénie au cours des sept années suivantes, contre 40% de ceux du deuxième groupe. La maladie est de surcroît apparue globalement plus tôt dans le groupe placebo qui a également présenté plus d’autres maladies mentales au cours de la période étudiée.

Notre cerveau est composé de près de 60% de matières grasses, dont l’acides gras oméga-3 principalement. Par conséquent, les oméga-3 sont essentiels pour le bon fonctionnement cérébral.
En outre, l’ajout d’huile de poisson à fortes doses peut réduire certains symptômes de la schizophrénie et des troubles bipolaires.


Les oméga 3 lutte contre les symptômes de dépression et d’anxiété (faisant aussi partie des symptômes de certaines schizophrénies).

Les personnes atteintes de dépression majeure semblent avoir des niveaux sanguins inférieurs d’oméga-3. Des études ont montré que l’huile de poisson et les suppléments en oméga-3 peuvent améliorer les symptômes de dépression. Certaines études ont montré que les huiles riches en EPA aident à réduire les symptômes dépressifs plus que les DHA.


Et en plus de ces bénéfices sur la santé psychique non négligeable, les bienfaits des oméga 3 sur la santé cardiaque comprennent :

  • Augmentation des niveaux de HDL (le « bon cholestérol ») . Cependant, elle ne semble pas réduire les niveaux de LDL (le « mauvais cholestérol »).
  • Réduction du niveau des triglycérides d’environ 15 à 30%.
  • Réduction de la tension artérielle chez les personnes souffrant d’hypertension artérielle.
  • Prévention de la formation de plaques de cholestérol.
  • Réduction de l’incidence des événements d’arythmie fatale.

Or, nous avons vu dans notre article du 7 avril 2016 que les personnes atteintes d’une schizophrénie ont plus de risque cardiovasculaire mais aussi de développer du cholestérol.

A ma connaissance, le meilleur complément alimentaire valable, riche et EPA et DHA de qualité d’origine animale, reste celui-ci :
OM3 Équilibre Émotionnel Lot de 3 x 60 Capsules






Certains extraits tirés de Passeport santé

Annonces

  • Dons Paypal



  • Facebook
  • Mieux vivre avec la schizophrénie avec les TCC

  • Newsletter


Sites favoris Tous les sites

5 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

  • Atelier d’Art en Clinique

    Dans certaines cliniques, divers ateliers peuvent être proposé en vue d’une réhabilitation (...)