Définition d’une patiente en rémission partielle

, par  Véronique R. , popularité : 4%

Vue de l’extérieur, effectivement, la schizophrénie est une perte de la réalité, vue par la plupart des personnes dites saines ou non déficientes.

Mais le vécu de l’intérieur de la maladie pourrait s’apparenter à une connexion à une réalité différente, un monde parallèle, peut être. Aujourd’hui, avec la science dite quantique, on ne sait pas dire si, oui ou non, il existe des mondes parallèles. Peut être une infinité.

Plus précisément, voici comment peut être vécu une crise de schizophrénie, qui donne une explication de pourquoi elle a été défini par la réunion de ses symptômes que nous connaissons tous.

Au niveau des sens : les sens sont exacerbés. Une extrême sensibilité est développée. Des déformations de la vue ou de l’ouïe s’opèrent, que l’on nomme hallucinations. Les sons peuvent être perçu de façon plus intenses. On peut avoir l’impression de sentir ses hormones circuler (au niveau de la colonne vertébrale et de la région cervicale) lors de fortes émotions comme la peur ou une grande joie. On peut avoir des sensations assez étranges au niveau du crâne, comme un voile qui passerait dessus.

Ce qui se passe un niveau de psychisme, c’est très simple : Si la personne n’est pas très vite sous médicament, elle tombe dans le coma. Donc l’esprit, au départ conscient, tend de plus en plus à entrer dans l’inconscient. A mi-chemin, la personne oscille entre réalité et rêve (comme ceux de la nuit).

Ce qui se passe au nouveau psychologique est une conséquence de ce qui se passe au niveau psychique et au niveau des sens. Les délires (symptôme psychologique), sont la résultante des dysfonctionnements psychiques et physiques.

Annonces

  • Dons Paypal



  • Mieux vivre avec la schizophrénie avec les TCC

  • Newsletter


Brèves Toutes les brèves

  • Citations

    « La schizophrénie est une construction des psychiatres pour définir une maladie qui n’a de (...)