L’association Javann devient SCHIzo’Jeun’S, pour les enfants schizophrènes : interview

, par  Véronique R. , popularité : 2%

Jennifer Bunnens, mère de famille, fait partie d’une association dans le but mieux vivre avec un enfant atteint de schizophrénie précoce, l’association SCHIzo’Jeun’S (auparavant, association Javann).

Quelques questions à Jennifer Bunnens


  • Pourquoi changer le nom de l’association ?

Notre association Javann ayant évoluée, nous accueillons maintenant un dizaine d’enfants et de familles sans parler de ceux que nous aidons par l’intermédiaire de facebook et du téléphone. En Juillet, nous intégrerons certainement un collectif national. Pour ces raisons, nous changeons son nom (représentant 2 enfants) pour lui en donner un qui représenteras l’ensemble des enfants.

  • Qu’est ce que l’association SCHIzo’Jeun’S, quel est le but de l’association ?

Cette maladie est très mal connu chez les enfants pourtant elle existe. Nous nous battons pour nos enfants car comme chez les adultes, la vie sociale est tellement difficile. Il parait si important que la famille ai un mot sur le mal être de leur enfant. La famille se trouve si souvent isolée et elle est tellement culpabilisé par les psy. Notre association est là pour que l’enfant retrouve une enfance et la famille la confiance. Nous avons aussi besoin d’être connue pour que d’autres parents en France fassent la même chose que nous, se réunir, se soutenir et aussi réapprendre à rire. Malheureusement nous sommes la seul association pour les enfants schizophrènes en France.

  • Qu’est ce que la schizophrénie infantile ? A partir de quel âge la schizophrénie infantile peut être décelé ?

La schizophrénie chez l’enfant est la même que chez l’adulte. On parle de schizophrénie précoce avant 16 ans et très précoce avant 10 ans. Elle peut être diagnostiquée au alentour de 7 ans quand la distinction entre réel et imaginaire devient plus solide mais cela ne veut pas dire que la pathologie n’a pas commencé avant. Mais le diagnostique précoce est difficile cliniquement.

  • Comment peut-on déceler la schizophrénie précoce chez un enfant ?



    Lors d’une conférence faites par le Professeur Bonnot, il expliquait que pour déceler cette maladie il s’agissait de faire comme une enquête auprès des parents, des profs, des instituteurs, amis frères et sœurs. Il faut observer attentivement l’enfant et lui poser les bonnes questions. En tant que maman et de bénévoles à l’association j’ai pu remarquer que tous se sentent souvent persécuté à l’école, ils sont très "décalés" par rapport aux autres, certains ont des hallucinations dont ils parlent librement d’autres n’en ont pas ou n’en parle pas. Je dirais que beaucoup d’entre eux sont des enfants à haut potentiel d’où la difficulté du diagnostique. Certains développent quelques symptômes autistiques. La difficultés qu’ils ont par rapport à leur propre image est largement plus importante que sur d’autres enfants. La violence dont ils font preuves vis à vis de leur parent est presque toujours présente.

  • Savez vous s’il existe plusieurs types de schizophrénie chez les enfants ?

Effectivement, il existe plusieurs type de schizophrénie chez l’enfant. Moi je dirais plus largement que chaque personne atteinte développe sa propre schizophrénie. Je n’aime pas trop les généralisées. Cette maladie, je la pense atypique.

Vous trouverez en bas de cet article, l’article en format pdf, du Professeur Bonnot à ce sujet.

  • Quels sont les moyens utilisés pour soigner les enfants atteint de schizophrénie ?

Les traitements sont les même que pour les adultes. Seulement en France les médecins sont très frileux avec les traitements. Et pourtant, la schizophrénie chez l’enfant détecté de bonne heure soigné peut dans de rare cas, je vous l’accorde, mais elle peut disparaître à l’âge adulte donc pourquoi hésiter. Mon fils lui a déjà pris risperdal, abilify, Haldol et maintenant leponex et aujourd’hui il va mieux et est heureux. Comme chez l’adulte, le traitement aide beaucoup mais il doit être accompagner de thérapie (psy ou art thérapie). Les parents devraient être formés comme aux Canada. Notre rôle dans la maladie de notre enfant est prépondérant, il dépend de notre bonne volonté je dirai. Il faut absolument que nous luttions contre son isolement, il faut absolument que l’on lui pardonne ses actes, ses paroles. Il faut aussi qu’on l’accompagne dans la compréhension de la maladie. Il faut l’aider à accepter les voix les visions. Pour ma part je ne lui ai jamais dis que ces voix n’existait pas car elle existe dans sa tête. Je lui apprend à découvrir "les bons côtés" de la maladie. C’est un peu naïf. Mais bon, nous essayons tous ce qu’on peut.

  • - Souhaitez-vous étendre votre association à toute la France, sur le long terme ?

Nous sommes la première et la seul association en France qui concerne les enfants. Cet été nous intégrons un collectifs national pour la lutte contre la schizophrénie. Ce que je souhaite, c’est que les parents confronté à la maladie ne soit pas seul. C’est dur tout seul. Je souhaite aider d’autre parent à ouvrir d’autre asso car plus on sera nombreux, plus la médecine évoluera.


Contact : schizojeunes@gmail.com ou Bunnens Jennifer au 0966851444. La page facebook est SCHIzo’Jeun’S. Le groupe facebook réservé aux concernés (famille, adolescents) est schizophrénie enfant.

Annonces

  • Dons Paypal



  • Facebook
  • Mieux vivre avec la schizophrénie avec les TCC

  • Newsletter


Brèves Toutes les brèves