Rédactrice Avade Svedad du Canada

, par  Véronique R. , popularité : 2%

Avade Svedad nous a rejoint sur le site en mars 2018. Elle modère aussi avec moi, le groupe facebook "les schizophrénies, groupe d’entraide" depuis le 7 mars 2017.

Avade se présente à vous :

« J’ai 31 ans. Je vis au Canada.

J’ai été diagnostiquée, il y a près de 4 ans, suite à une crise me menant aux urgences. J’y entrai dans des phases intermittentes de catatonie, ayant durée une semaine avant une prise en charge médicamenteuse.

J’accepte relativement bien mes expériences du subtil. J’ai encore beaucoup à faire pour apprendre à gérer ce que je capte de mon environnement, de mon champ mental et de mes sensations pour maintenir mon équilibre. Les neuroleptiques me donnant trop d’effets secondaires sérieux sur ma santé physique, je dois opter pour une légère médication et apprendre à vivre et trouver mon équilibre en vivant ce que ma psychiatre appelle mes « symptômes ».

Je suis suivi actuellement par une équipe extraordinaire dont un intervenant communautaire dans une ressource alternative en santé mentale, un yoga thérapeute, un thérapeute ayurvédique ainsi qu’une psychiatre.

Je commence à intégrer le milieu des Entendeurs de Voix de ma région depuis peu. Comme eux, je ne me reconnais pas dans la perspective psychiatrisant ou occidentalisée de ce que je vis ou du consensus sur une prétendue normalité, vérité ou réalité. Oui, il y a déséquilibre. J’ai une mauvaise gestion du stress, des émotions, des blessures et des traumatismes passés, des petits et grands blocages, un risque de décorporation plus grand, une perte de contact avec la réalité, des expériences que je m’explique mal,… Avouons-le, un peu comme tout le monde, quand on y pense humblement… Moi, je le vis vraiment plus intensément, voilà tout. Nous avons tous besoin d’apprendre à contrôler notre mental, accepter notre ressenti, reconnaître notre ignorance, apprendre à observer ce que notre corps, notre cœur et notre être capte de notre environnement autant que de nos réactions internes. Nous sommes tous et toutes uniques. Mais, effectivement, pour ma part, c’est plus intense, excessivement plus difficile à équilibrer, plus chargé et plus sensible peut-être, que la majorité. Je ne me sens pas moins humaine à vivre ces expériences limites, au contraire.

Avade Svedad, c’est le nom que m’a rappelé, un jour, une amie d’un amour inconditionnel, hautement lumineuse, et plus grande qu’un frigo... que mes yeux n’ont jamais pu savourer la présence mais, heureusement mon cœur, si. »

Annonces

  • Dons Paypal



  • Facebook
  • Mieux vivre avec la schizophrénie avec les TCC

  • Newsletter